Ses activités

La  XIIe  rencontre européenne des sociétés de phaléristique       Stockholm 25 – 27 mai 2018

 

Cette année, la XIIe rencontre européenne des sociétés phaléristiques s’est tenue à Stockholm, magnifique ville située à l’embouchure du lac Mälar sur la mer Baltique. Cet évènement était organisé par la chancellerie suédoise des ordres royaux sous la direction de Tom Bergroth, conservateur en chef du chapitre des ordres royaux.

 

Comme à son habitude, la rencontre était limitée à cent délégués, venant de dix-huit pays différents. Ce rendez-vous a même pris cette année un caractère mondial avec la venue de Tang Si, président de la « China Orders and Medals Society ». La délégation française, composée de dix-sept participants, était conduite par Vincent Hollard, président de la Société des amis du musée de la Légion d’honneur et Anne de Chefdebien, conservateur du musée.

 

La réception de bienvenue, offerte par la ville, s’est déroulée à la mairie de Stockholm. Les rencontres ont été ouvertes par des discours de Margareta Björk, vice-présidente du conseil municipal de Stockholm et Ingemar Eliasson, chancelier du chapitre des ordres royaux suédois. Le samedi matin, six excellents exposés ont été présentés dans la salle de conférence du palais royal de Stockholm. L’un d’entre eux était proposé par Matthias Martin, membre de la Société des amis du musée de la Légion d’honneur (sur la symbolique végétale dans les ordres de chevalerie). Les autres furent tenus par Tom Bergroth (sur les ordres de chevalerie suédois et les insignes commémoratifs de Suède), Staffan Rosén, vice-chancelier du chapitre des ordres royaux suédois (sur l’évolution et la fabrication des insignes des ordres suédois), Stephen Patterson, responsable des collections royales de décorations au château de Windsor (sur la visite officielle de 1669 en Suède et l’ordre de la Jarretière du roi Charles XI) et George Sanders, conservateur du musée de la chancellerie des ordres néerlandais (sur la médaille du Doggersbank et ses  récipiendaires suédois).

Le samedi après-midi, Ingemar Eliasson, Staffan Rosén et Tom Bergroth ont dirigé une visite du hall des ordres de chevalerie du palais royal. Cette partie du palais constitue un écrin magnifique pour l’exposition de nombreuses pièces historiques et parfois uniques d’ordres de chevalerie suédois et étrangers. À cette occasion, Guy Deploige a offert au chancelier Ingemar Eliasson un insigne de l’ordre des Séraphins ayant appartenu au roi Léopold III.

 

Le dîner de gala a eu lieu le samedi soir dans le Cabinet Linné de l’hôtel de ville de Stockholm. Les délégués des différents pays ont eu la chance de savourer le menu servi à l’occasion de la remise des prix Nobel 2015 dans le service destiné à cette même cérémonie.

 

Le dimanche, à l’issue d’une présentation de l’héraldique de l’ordre des Séraphins par Tom Bergroth, les participants ont pu découvrir l’église Riddarholmen où sont exposées toutes les plaques aux armoiries des chevaliers de ce même ordre.

 

Les rencontres ont pris fin le dimanche après-midi après une visite du palais Baath, une présentation de l’ordre de Charles XIII et un déjeuner à l’occasion duquel les représentants des différentes sociétés ont pu remercier Tom Bergroth pour la parfaite organisation de ces journées phaléristiques.

La XIIIe rencontre européenne aura lieu à Vienne du 10 au 12 mai 2019, à l’invitation de la Société autrichienne des ordres et décorations. Les inscriptions sont closes.

Et pour mémoire...

 

XIe rencontres européennes des sociétés de phaléristique Tallin 1 - 3 septembre 2017

Peter Helmore

The Orders and Medals Research Society (UK)

Texte traduit de l’anglais

 

 

Cette année, les XIe rencontres européennes des sociétés de phaléristique se sont tenues à Tallinn, ville magnifique de l’ancienne Ligue hanséatique, située autour de la Baltique sur le golfe de Finlande. L’évènement a été organisé depuis la France par Dominique Henneresse et accueilli localement par le musée des Ordres de chevalerie de Tallinn sous la direction de Catherine Lapinsh, conservatrice en chef du musée.

Comme d’habitude, la rencontre était limitée à cent délégués du fait de contraintes locales. Au total, dix-sept pays étaient représentés et la délégation de France, composée de 12 personnes (sur le total de quatre-vingt-quinze participants), était conduite par Anne de Chefdebien, conservateur du musée de la Légion d’honneur. La ville de Tallinn a donné une réception de bienvenue à la mairie vendredi soir. Samedi matin, six excellents exposés sur une variété de sujets ont été présentés, deux par des membres de la Société des amis du musée de la Légion d’honneur, Guy Deploige (sur la croix de la Liberté d’Estonie) et Antti Ruokonen (sur les médailles de la Principauté de Liechtenstein), les autres par Stephen Patterson, responsable des collections royales de décorations au château de Windsor, Liudmila Gavrilova, chef du département phaléristique du musée du Kremlin à Moscou, Lidia Dobrovolskaya, conservateur des collections de décorations du musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, et Catherine Lapinsh.

Samedi après-midi, un tour guidé de la ville antique fut organisé, ainsi que la visite du musée des Ordres de chevalerie de Tallinn récemment ouvert. Malgré son exiguïté, le musée renferme une gamme excellente de décorations et d’ordres internationaux. L’éclairage et la mise en valeur des objets sont particulièrement impressionnants, permettant ainsi de prendre facilement des photographies. Le musée, situé sur la grande place de la ville, est incontournable pour tout collectionneur visitant Tallinn.

Le dîner de gala a eu lieu samedi soir au musée maritime d’Estonie situé sur le port de Tallinn, dans cet extraordinaire hall à hydravions de la Première Guerre mondiale. Avant le dîner, les délégués ont eu l’opportunité d’inspecter le sous-marin Lembit datant de 1936 et construit à Barrow-In-Furness pour la marine estonienne. Les robes du soir ont donné du fil à retordre aux dames au moment de descendre dans les diverses écoutilles et d’avancer à travers les compartiments. Tous ont apprécié le dîner et les sociétés présentes ont eu l’opportunité de remercier Dominique et Catherine pour l’organisation du week-end.

La rencontre a pris fin dimanche avec la visite du musée estonien de la Guerre dans la banlieue de Tallinn, suivie d’un déjeuner dans une reconstitution d’un village viking où les délégués furent invités à employer leurs talents de pêcheur pour attraper leur propre poisson pour le déjeuner.

La XIIe conférence européenne aura lieu à Stockholm du 25 au 27 mai 2018, à l’invitation du chapitre royal des Ordres de chevalerie suédois et de son conservateur Tom Bergroth. Toutes les informations nécessaires pour s’inscrire seront portées à la connaissance des membres de la Société des amis dès réception.

 

Un nouveau musée pour les décorations et ordres de chevalerie 

Le 27 décembre 2016 a ouvert ses portes à Tallinn un musée des ordres de chevalerie. Saluons la création de cette nouvelle institution spécifiquement dédié au sujet. 

 

Rares sont en effet les musées uniquement réservés à la phaléristique. Si de nombreux pays possèdent de riches collections nationales, celles-ci sont la plupart du temps dispersées dans divers musées comme c'est le cas au Royaume-Uni ou en Allemagne ou exposées dans les musées d'histoire militaire, comme en Belgique.

 

Après le musée de la chancellerie des ordres néerlandais au palais de Het Loo à Apeldoorn et le musée de la Légion d'honneur à Paris, le musée de Tallinn devient la troisième institution spécifiquement consacrée aux ordres de chevalerie et aux décorations.

 

 

Dans les collections du musée, les principaux ordres de chevalerie européens sont représentés avec des insignes de l'ordre de la Jarretière et de la Toison d'or. Parmi les nombreux ordres étrangers exposés, on retrouve bien entendu les pays baltes, avec notamment un ensemble de grand-croix de l’ordre de la Croix de l’aigle. Plusieurs modèles de joaillerie seront également visibles, dont un insigne de l’ordre militaire de Marie-Thérèse (Autriche) ou encore de l’ordre de Sainte-Anne (Russie).

 

 

La France y sera représentée avec entre autre une plaque de la Légion d’honneur du Premier Empire en cannetilles, un insigne de la Couronne de fer, ou encore une plaque métallique de l’ordre de Saint-Louis d’époque Restauration.

 

 

Pour en savoir plus : http://www.tallinnmuseum.com/

Une délégation de la Société des Amis du musée de la Légion d’honneur était présente aux Xe rencontres européennes de phaléristique à Dresde

 

Organisées à Paris en 2014, puis à Londres en 2015, c’est à Dresde que se sont tenues cette année les Xe rencontres européennes de phaléristique.

 

Ces rencontres se sont déroulés du 9 au 12 juin 2016 avec la participation de nombreux membres de la Société des Amis du musée de la Légion d’honneur accompagnés d’une partie de l’équipe du musée.

Organisé par la Deutsche Gesellschaft für Ordenskunde, ce congrès annuel a réuni une centaine de personnalités du monde de la phaléristique : conservateurs, collectionneurs, experts, ou encore chercheurs. Tous ont pu échanger et se retrouver dans une grande convivialité. Aux programmes figuraient des conférences sur les ordres et décorations allemandes, la découverte des grandes collections publiques et privées, dont notamment les fabuleuses décorations de la Voûte Verte ainsi que la visite du musée d’histoire militaire de Dresde.

 

Un grand merci à Bernd Döbel, président de la Deutsche Gesellschaft für Ordenskunde pour le succès de ce congrès !

 

Les nombreux liens entre les différentes sociétés phaléristiques européennes continuent de se renforcer à chaque rencontre alors que celle de 2017 se dérouleront à Lisbonne.

 

Nouvelle parution : Les insignes de l’ordre du Saint-Esprit

Secrétaire-général de la Société des amis du musée de la Légion d’honneur et déjà auteur de nombreux articles sur le sujet et plus généralement sur les ordres de chevalerie, Patrick Spilliaert présente ici le fruit de plusieurs années de recherches. 

Le présent ouvrage comble une grande lacune : l’étude des insignes de l’ordre du Saint-Esprit à travers ses archives (qui ont été quasi-intégralement conservées), ce qui n’avait jamais été fait de façon aussi systématique auparavant.  

 

Qu'il s'agisse du décompte précis des colliers et des croix fabriquées et distribuées sous les différents règnes, des orfèvres, du poids et du prix des décorations, des ouvrages relatifs à l'ordre (statuts, catalogues des chevaliers, livres d'heures, histoire de l'ordre du Saint-Esprit), des jetons distribués, des costumes ou des tableaux des cérémonies... le lecteur, historien, phalériste, bibliophile, numismate ou simple curieux, trouvera ici une inépuisable mine d'informations et de nombreuses illustrations jamais encore reproduites.

 

Pour télécharger le bon de commande, cliquer ici :

Bon_commande_livre_Saint-Esprit.pdf
Document Adobe Acrobat [3.0 MB]

Le musée de la Légion d’honneur a salué le cinquantenaire de l’ordre national du Mérite dans une exposition présentée du 14 juillet 2013 au 30 septembre 2014. De Gaulle et le Mérite, création d’un ordre républicain dévoilait les coulisses de la fondation du second ordre national, pilier d’une large réforme du système de décorations françaises voulue par le Général dans une France en pleine modernisation.

 

L’exposition s’intéressait aux raisons de la création de l’ordre national du Mérite et à son contexte historique : celui de la réforme de la Légion d’honneur et des décorations françaises voulue par le général Catroux alors grand chancelier - et rendue possible grâce à l’intérêt que lui portait le général de Gaulle.

Projets, lettres, photographies, films de cérémonies de remises d’insignes, documents historiques, insignes accompagnés des outillages et video de fabrication, retraçaient l’histoire du nouvel ordre appelé à seconder la Légion d’honneur tout en rationalisant le nombre des ordres ministériels spécialisés devenu pléthorique.

 

Le rôle primordial du général de Gaulle fut particulièrement mis en lumière. Déjà fondateur de l’ordre de la Libération pendant la Seconde Guerre mondiale, le général de Gaulle s’est particulièrement impliqué dans la création de l’ordre national du Mérite et dans la rédaction des textes fondateurs. Une série de documents annotés de sa main, complétés par divers souvenirs historiques dont le collier de grand maître de l’ordre de la Libération étaient présentés au public, souvent pour la première fois, comme la maquette en plâtre de Jean Cardot, étape intermédiaire pour l’édification de la statue des Champs Elysée.

 

Codification de l’ordre, histoire de son insigne, de son brevet, cérémoniaux de remise firentt l’objet d’une étude inédite qui permet de mesurer toute l’importance des symboles dans l’élaboration de cette institution républicaine, créée au cœur du XXe siècle.

 

Ce retour sur la genèse de l’institution, à l’occasion de son cinquantenaire, fut aussi l’occasion de découvrir le visage de l’ordre aujourd’hui : une borne interactive permet encore aujourd'hui au public de consulter la liste des 306.000 titulaires de l’ordre national du Mérite, nommés ou promus depuis sa création et dont ils incarnent les valeurs et l’universalité.

 

L'exposition s'accompagnait d'une très belle publication beau-livre (toujours disponible) financée par la société des amis, auqeul plusieurs de nos membres ont été associés.

La Berline de Napoléon, mystère du butin de Waterloo.

Du 7 mars 2012 au 8 juillet 2012, le musée de la Légion d'honneur a présenté une exposition-événement. Autour d'une berline personnelle de l'empereur, prêtée par la Malmaison, étaient présentés: des effets personnels, les ordres de chevalerie décernés à Napoélon Ier - aujourd'hui exposés au musée Historique de Moscou, pièces d'argenterie et objets différents objets dispersés lors de la défaite de Waterloo. L'exposition était accompagnée de la publication d'un beau-livre / catalogue d'exposition financé par la société des amis et toujours disponible...